Marketing : imprimer son contenu sur de grands supports

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la reproduction numérique a révolutionné le domaine publicitaire. La technique consiste à reproduire des donnés informatiques sur des dispositifs matériels. Si les professionnels constituent le plus grand pourcentage de clients, les particuliers ont aussi recours à cette méthode pour imprimer des affiches et tableaux décoratifs. Focus sur cette révolution technologique devenue incontournable dans toute stratégie marketing à succès.

La phase de préparation : les précautions dont il faut tenir compte

Pour l’impression sur du papier de format A4, la technique obéit à des règles d’usage conventionnels qui ne nécessitent aucune compétence particulière. Les procédures ont tendance à se compliquer lorsqu’il s’agit de formats plus grands. Dans ce cas, obtenir une qualité d’image irréprochable, en dépit du processus d’agrandissement, devient le véritable défi à relever. Des précautions doivent alors être prises, dès le la prise de vue, pour ne pas rater l’impression et produire une œuvre qui ne présente pas le résultat visuel escompté.

Le travail d’impression numérique grand format commence au moment de la prise de vue que ce soit pour :

  • Un document professionnel
  • Une œuvre picturale
  • Un tirage spécifique

La difficulté avec les grands formats réside dans l’impératif de produire un tirage de bonne qualité. Autrement dit, en dépit du nombre de pixels contenus dans l’image, la justesse des informations doit être scrupuleusement respectée. Notez que les professionnels vous recommanderont, à l’unanimité, d’imprimer en utilisant une résolution se situant aux alentours de 300 pixels par pouce.

Ce chiffre est utilisé comme une référence infaillible. Avec un indice plus élevé, les détails de la photo vont finir par se perdre. En revanche, si vous comptez imprimer sur un format avec les dimensions 40*60 cm, réduisez votre résolution à la moitié du référent précédemment cité. L’idéal est vous situer dans une tranche entre 120 et 150 dpi. Notez que la définition de la taille d’une œuvre d’art scannée doit aussi correspondre au nombre de pixels que nous venons de citer pour agrandir les dimensions de l’image sans compromettre sa qualité.

Choix et ajustements colorimétriques

Pour que l’imprimante utilisée puisse reproduire fidèlement tous les coloris, vous devez trouver un mode compatible avec la technique numérique comme :

  • Noir
  • Jaune
  • Magenta
  • Cyan

En ayant recours à l’un de ces modes pour imprimer vos flyers par exemple, les couleurs seront restituées avec la précision souhaitée. Par ailleurs, si vous choisissez le mode RVB, vos affiches feront apparaître des tons moins nets. D’autres paramètres de sélection de couleurs entrent en considération pour atteindre un résultat parfait comme la distance à la quelle l’affiche de publicité sera placée. Cet élément, comme les autres, peuvent être vérifiés avec l’imprimeur qui saura vous présenter conseils et directives pour reproduire des images avec des coloris mesurés et faciles à déchiffrer.

Une fois que vous aurez choisi vos couleurs, vous devez procéder à l’ajustement. Cette étape se passe aussi avec les directives du professionnel. Celui-ci propose au client ses recommandations et choisit avec lui les retouches nécessaires avant d’imprimer l’image. Plusieurs points sont vérifiés à savoir la densité des couleurs et les effets de contraste. Selon les caractéristiques de la photo, on peut aussi appliquer une interpolation qui consiste à concevoir de nouveaux pixels pour obtenir un résultat plus net.

Par ailleurs, il est important de rappeler que ces essais sont indispensables pour aboutir à une image BAT. La photo est désormais bonne à tirer et l’imprimeur, avec l’accord et la collaboration du client, peut considérer qu’elle est définitive. A ce moment-là arrive l’étape du choix du papier, plus communément appelé « main du papier ». Il s’agit du ratio parfait entre la composition et le grammage : des critères qui déterminent la résistance du papier. Pour augmenter la rigidité du tirage, des techniques supplémentaires peuvent être employées comme le procédé de plastification et de contre-collage.

Le calibrage : pour un rendu visuel encore plus net

Si la numérisation de l’image est une l’étape initiative du processus de reproduction numerique, elle demeure insuffisante. Ainsi, pour obtenir une meilleure qualité et garantir une visibilité plus claire de tous les détails graphiques et picturaux, le calibrage est une phase incontournable. Les techniques qui seront employées varient en fonction des caractéristiques de la photo d’une part et du dispositif d’une autre.

Grâce à ces retouches qui se produisent au niveau des données informatiques, le résultat est de plus en plus proche du document original. Le calibrage est réalisé grâce à des logiciels de pointe permettant d’intervenir sur l’image de manière précise. Certaines actions sont même automatisées afin d’économiser du temps et des efforts.

Ensuite, l’imprimeur doit tenir compte de la découpe : un point essentiel pour imprimer en mode grand format. Ce paramètre permet de laisser une marge d’erreur nécessaire pour la manipulation des données présentes sur la photo. Pour cela, on prévoit souvent une bande tournante d’une valeur de 2 à 10 mm entourant l’image. Ainsi, vous serez à l’abri de toute rogne intempestive pouvant survenir au niveau de la bordure.

Qualité, durabilité et tarifs abordables

Il est clair que cette technique, étant la plus récente, permet d’obtenir une qualité d’image irréprochable. Voilà pourquoi toutes les entreprises, quel que soit le budget publicitaire dont elles disposent, optent pour ce processus pour concevoir leurs campagnes marketing. La qualité peut alors atteindre 1200 ppp, sachant que la difficulté de voir les détails de l’image augmente, de façon exponentielle, avec la résolution.

De plus, cette méthode s’adapte à bon nombre de dipositifs :

  • Autocollants ordinaires et électrostatiques
  • Coroplasts
  • Oriflammes
  • Affiches
  • Bannières
  • Présentoirs
  • Bâche
  • Lettrage de véhicule

L’impact de cette technique est si grand que vous pouvez l’utiliser même sur des matériaux transparents, la couleur blanche pouvant agir en sous-couche. Le blanc interfère également avec les autres couleurs en les rendant opaques.

Passons maintenant à la durabilité ! Il convient alors de signaler qu’imprimer en grand format est la plus grande garantie de prolonger la durée de vie de vos dispositifs tout en conservant la qualité du rendu visuel. Votre support sera alors protégé contre les intempéries et la menace des rayons solaires. Voici toutefois une petite astuce pour augmenter davantage la durabilité de vos images imprimées : misez sur le vinyle qui a la réputation de rester intacte pendant plus de 3 années consécutives en dépit de l’exposition aux UV. Notez que la bâche présente les mêmes qualités de résistance que le vinyle.

Quel que soient les tarifs affichés par votre imprimeur, ils sont toujours moins élevés que toute autre méthode publicitaire actuelle. Les TPE, PME et start-ups optent alors pour ce type de d’outils de communication qui impliquent un coût d’investissement faible et permettent d’obtenir un ROI largement satisfaisant. Si le prix est si abordable, c’est parce que des matières, comme, le vinyle, la bâche et le papier, sont peu coûteuses. Ajoutez à cela le budget relativement faible qui aura servi à acheter le matériel pour imprimer comme l’imprimante à jet d’encre. Ainsi, cette technique ne nécessite pas d’outils sophistiqués tout en permettant de concevoir des images d’une précision inégalable.

A noter : Au-delà du matériau de conception, le tarif pour imprimer des images en grand format sur des dispositifs publicitaires varie en fonction de la couleur, de la taille et du degré de complexité des motifs.

La variété des supports : l’argument incontestable

Comme nous l’avons vu, tout au long de cet article, la méthode numérique pour imprimer en grand format est possible sur un grand nombre supports même si les plus courants restent le vinyle, le papier et la bâche. Plus encore, en optant pour du vinyle adhésif, vous avez la possibilité de réaliser un travail de découpage qui donne lieu à des formats plus petits. Grâce à ces découpes, les motifs obtenus sont visibles de manière plus nette. On peut constater ce niveau de qualité sur des stickers publicitaires et les lettrages adhésifs où le rendu n’a rien à envier aux images initiales telles qu’elles s’affichent sur l’écran de l’ordinateur.

Si le processus numérique est aussi présent dans les campagnes publicitaires, c’est qu’il est réalisable avec une imprimante à jet d’encre et que tous les motifs deviennent faciles à reproduire. Parmi les avantages incontestables de cette technique apparait aussi la variété des tailles. Vous avez, dès lors, la possibilité d’imprimer les formats suivants :

  • A4 (21×29.7cm)
  • A3 (29.7x42cm)
  • A2 (40x60cm)
  • A1 (60x80cm)
  • A0 (80x120cm)

La longueur des supports concernés peut atteindre 160 cm. A vous de décider, dans le cadre des exigences requises pour l’efficacité de votre campagne marketing, du format et des dimensions en fonction du support choisi. Le rendu visuel sera toujours d’une qualité inégalable sachant que tout le travail de calibrage et d’ajustement est réalisé à partir d’un ordinateur.